AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Démarrez ou arrêtez le défilé et accédez directement aux articles

Lundi, 23 août, j’ouvre Libé et tombe sur une double page - Armand Gatti fait de la résistance, mais où, à Neuvic en Corrèze, la pièce porte le nom :

Science et Résistance battant des ailes pour donner aux femmes en noir de Tarnac un destin d’oiseau des altitudes

On regarde rapidement où se trouve Neuvic et renseignement pris, c’est parti. Et je ne regrette pas les 4 heures de voiture, arrivée juste à temps pour voir la deuxième partie de l’introduction du maître lui-même, avertissant les spectateurs que ce sera long, une histoire aussi compliquée ne saurait pas se raconter ni montrer en quelques minutes, donc ceux qui craignent tenir le coup sont priés de s’installer près des portes.

Dès le début, je suis impressionné par la présence de ces jeunes stagiaires, avec lesquels Armand Gatti et son équipe ont travaillé pendant un mois et demi pour monter la pièce. Chacun semble se surpasser, leur contribution personnelle à la pièce écrite par Gatti consiste pour chacun à se présenter sous une forme qui est à la hauteur de la pièce, jouer sur des origines et histoires multiples, ouvrir une brèche dans l’avenir, bref faire de la résistance.

Car si Armand Gatti revient ici à un endroit proche de celui où il est entré dans le maquis, et si le moteur est l’hypothèse de ces femmes en noir de Tarnac, qui à l’époque ont porté le deuil de 5 Alsaciens fusillés par la milice de Vichy, il s’agit de donner surtout une perspective, un avenir à cette résistance.

Pendant près de trois heures nous passons donc par tous les états qui illustrent et accompagnent cette résistance (espoir, désespoir, colère, tristesse, cynisme, projets, retournements, etc.) et sommes à la fin pas seulement épuisé par les bancs sans appui et sans espace pour les jambes, la chaleur et le manque d’air, mais aussi par le texte exigeant de cette pièce mêlant philosophie, physique quantique, géométrie, arithmétique, poésie, principe d’incertitude, kung fu et chant révolutionnaires dans un kaléidoscope à couper le souffle.

3 représentations pour un tel travail, cela fait peu, mais ici tous le monde le vit pleinement, jusqu’au poing levé de Gatti, qui à la fin monte sur scène pour rejoindre ses acteurs.

Bizarrement, mis à part la presse locale les sites d’infos et la presse nationale se sont contentés d’annoncer le spectacle ou de raconter ce qui s’est passé en amont. Au plus proche encore cet article de RUE89

Accueil Accueil
Résistances à Neuvic
Publié le: 1er septembre 2010
- Dans la rubrique: Chroniques
 
Recherchez
 

 

Resistances... Armand Gatti
 
 
 
Visites :

267

Licence Creative Commons. | Fait avec SPIP et Globenews | Administration | Webmestre | RSS RSS

iconAssociation cultureLLe | UFR Lettres et Langues | 1, rue Raymond Cantel | 86073 Poitiers CEDEX 9