AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Démarrez ou arrêtez le défilé et accédez directement aux articles

« À mon retour, on me demandera peut-être si c’est là toute ma Chine. Quelques scènes de rue, des petits riens du vécu ordinaire. Je n’ai pas quitté ma vie. Je reviendrai, sans plus, comme je suis parti. Au fil de l’écriture. Comme le laboureur se retourne au bout de son sillon. Voyager est encore une manière de cultiver son jardin. »

N.B. Suivez-nous dès maintenant sur Facebook- ici et les nouvelles autour du festival et pendant le festival le site dédié

BRUITS DE LANGUES 2018 du 5 février au 8 février 2018

Envoi

Notre butte de permaculture

En voyant les nouvelles se succéder, entre la « crise de culture » (baisse de lecture, fiasco des ventes de livres et fuite en avant par la surproduction étouffante) et toujours [1] la « crise migratoire », autre terme pour un cynisme politique qui veut désormais à la fois mieux renvoyer et mieux accueillir - depuis notre dernier festival, nous sommes entrés dans l’ère macronienne du "en même temps", où comme le disait Patrick Weil : la douceur des discours et la violence des actions, et nous avons l’impression de nous battre contre des moulins. La France semble de plus en plus refermée sur elle-même, avec un penchant pour les complots et tournée vers la satisfaction et le buzz rapide, à en croire l’écho de l’espace public.
Nous, à notre petite échelle locale, continuons d’accueillir, non seulement tous les jours - comme le montrent des initiatives étudiantes comme le Buddy system réfugiés ou encore toute autre initiative citoyenne ici ou ailleurs comme Min’ de rien qui vient à pallier ce qu’on peut appeler un naufrage d’État, l’université aussi, pour qui les étrangers sont une richesse et non une misère. Mais aussi nous continuons à explorer le monde contemporain, particulièrement pendant les rencontres internationales d’écrivain•e•s, le festival littéraire de l’université Bruits de langues.

C’est notre butte de permaculture, à travers laquelle nous cultivons notre jardin, comme l’explique Philippe Rahmy [2], auteur récemment décédé, en faisant voyager à travers les mots qui nous arrivent par la bouche et les écrits des auteur·rice·s invité·e·s de près et de loin, qui nous disent aussi que le monde n’arrête pas d’être écrit malgré les adversités. Si le décès de Philippe Rahmy est celui d’un ami et écrivain qui nous accompagne, la mort accidentelle et inattendue de Paul Otchakovsky-Laurens est celle d’un éditeur qui a marqué près de cinquante ans le paysage littéraire français, et dont les livres blanc striés avec leur P.O.L. bleu dessus rythment nos bibliothèques. Et encore plus près, nous regrettons la disparition de notre collègue Liliane Jagueneau, qui est pour beaucoup que, chaque année, nous défendons (et pas seulement dans le cadre du festival) les langues régionales, le poitevin-saintongeais et l’occitan à l’université de Poitiers. Ce sont des liens fortuits, coïncidence de leurs décès, mais leur point commun n’est pas seulement que leur disparition nous attriste, mais aussi que chacun·e a défendu son objectif avec beaucoup d’énergie, infatigablement, malgré les obstacles, pendant le temps que la vie leur a laissé, donnant ainsi l’exemple à ceux qui sont toujours là. Essayons de sortir par le haut, continuons leur travail, nous serons en compagnie d’auteurs et autrices qui les ont connus, un hommage modeste, mais sincère.

Quatre journées et soirées de rencontres nous attendent, et pour la première fois trois invité·es qui seront présent·e·s pendant la durée du festival : Marina Skalova (Suisse), Nina Yargekov (Hongrie) et Christos Chryssópoulos (Grèce).
Le premier jour, lundi 5 février, donne le ton du festival dans toute sa diversité et dans la tentative d’être au pouls de nos sociétés contemporaines : nous débuterons par la double nationalité (titre du dernier livre) de Nina Yargekov, partons au Timor-Oriental avec Luís Cardoso, revenons par la terre de colère (Grèce) de Christos Chryssópoulos pour visiter la rade brestoise avec Tanguy Viel et terminons le soir avec le « théâtre de la catastrophe » de Howard Barker, dont l’œuvre nous est présentée par des lectures des élèves du conservatoire, et deux spécialistes, Pascale Drouet et Fanny Mentré.
Les journées qui suivent font un retour dans la factory d’Andy Warhol (John et les sleepworkers), spectacle monté et présenté par François Sabourin, une incursion dans le polar rural (Laurence Biberfeld, P.K. Dewdney et Pierric Guittaut) et littérature et environnement (Alice Ferney), l’exile des langues (Marina Skalova), la violence faite aux femmes (Tiphaine Gantheil et Timothée Morisse), les héros d’un jour (Xabi Molia), la boxe et la mafia calabraise (Davide Enia), le monde du travail (Maylis de Kerangal), les je multiples (Juliette Mézenc et Emmanuelle Pagano) et la littérature régionale et occitane (Sylvan Chabaud et Marie-Hélène Coupaye), de quoi donner les vertige.
Mais toute notre équipe, les Master 1 et 2 LiMés, les collègues et engagés dans le festival feront tout leur possible pour vous guider à travers les méandres des écritures contemporaines.


En souhaitant à toutes et tous un beau festival.

Martin Rass
Président de l’Association CultureLLe

Lundi 5 février

Lundi 5 février

13h30 (UFR L&L) Ouverture « Bruits de langues 2016 »

14h (UFR L&L)
Nina Yargekov
(Présentation et animation : VIolaine Piquet)

15h (UFR L&L)
Luís Cardoso et Catherine Dumas (Traductrice)
(Présentation et animation : Sandra Teixeira)

16h30 (UFR L&L)
Christos Chryssópoulos
(Présentation : Michel Briand et Thanassis Vassiliou)

17h30 (UFR L&L)
Tanguy Viel
(Présentation : Lisa Abonneau et Emmanuelle Lescouët)

Atelier de lecture contemporaine


autour de Howard Barker

19h30 (Chapelle des Augustins

Les élèves du conservatoire de Grand Poitiers lisent Howard Barker - sous la direction d’Agnès Delume
Suivi d’une rencontre entre Pascale Drouet et Fanny Mentré

Mardi 6 février

Mardi 6 février

14h (UFR L&L)
Autour du spectacle John et les Sleepworkers avec François Sabourin
(Présentation et animation : Noémie Coulon et Julie Dubois)

15h (UFR L&L)
Polar rural
avec Laurence Biberfeld, P.K. Dewdney et Pierric Guittaut
(Présentation : Alice Jaquelin)

16h30 (UFR L&L)
Alice Ferney ANNULÉ
(Présentation : Juliette Peillon)
À la place :
Athènes-disjonction
Lecture bilingue - grec & français d’extraits du livre éponyme de Christos Chryssopoulos par l’auteur et Michel Briand

Soirée

21h (MDE)
John et les Sleepworkers par Les Ateliers du panorama
tarif carte culture 3€, tarif plein 8€

Mercredi 7 février

Mercredi 7 février

14h (UFR L&L)
Marina Skalova
(Présentation et animation : Marion Picker)

15h00 (UFR L&L)
Tiphaine Gantheil et Timothée Morisse
(Présentation : Marion Joliquin, Emmanuelle Lescouët & Maxime Pannetier)

16h (UFR L&L)
Xabi Molia
(Présentation : Francisco Ferrreira & Denis Mellier)

17h (UFR L&L)
Davide Enia
(Présentation : Isabelle Battesti)

Soirée

20h (Bar Envers du bocal
Ecrire entre les langues avec Marina Skalova et Nina Yargekov
(Présentation : Lucile Pain et Violaine Piquet)

Jeudi 8 février

Jeudi 8 février

14h (UFR L&L)
Maylis de Kerangal REPORTÉ
(Présentation et animation : Thelma Houdayer, Emilie Joseph-Théodore)
À la place :
Les Fabulations : Ateliers d’écriture pendant les Bruits de langues
(Présentation et animation : Mathilde Durant, Marie Gréau)

15h (UFR L&L)
Juliette Mézenc et Emmanuelle Pagano
(Présentation : Emmanuelle Lescouët & Martin Rass)

16h30 (UFR L&L)
Sylvan Chabaud et Marie-Hélène Coupaye
(Présentation : Jean Christoph Dourdet)

Soirée

18h Médiathèque François Mitterrand REPORTÉ
Ecrire le travail avec Maylis de Kerangal
(Présentation et animation : Stéphane Bikialo)

Conseil du festival

21h (TAP)
Bal sous les étoiles avec Cocanha, La Cleda, Picton-Sound, Nòu, Jéricho

 

PDF - 408.8 ko
Programme court
PDF - 1.6 Mo
Programme complet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauf mention spéciale, les rencontres ont lieu à
l’UFR des Lettres et des Langues
Bâtiment A3 -
Salle des Actes
1, Rue Raymond Cantel
86022 POITIERS CEDEX
BUS N°1

Rencontres ouvertes à toutes et à tous – entrées libres et gratuites

Remerciements :
Pour le soutien du service culturel de l’Université de Poitiers, de la Maison des Ecrivains et de la littérature, du Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine, du Forum culturel autrichien, de l’Université de Poitiers, de la Mairie de Grand Poitiers, de la DRAC Nouvelle Aquitaine, l’association Plac-art et pas en dernier toute l’équipe constituée d’étudiant.e.s du Master Livres et médiations (LiMés).

Librairie du festival en partenariat avec les librairies La Belle aventure, Gibert et L’improbable librairie.

Organisation, logistique, coordination, informations :
Stéphane Bikialo, Violaine Piquet et Martin Rass

Crédits photos d’auteur·rices 2018 (si ce n’est pas avec leur aimable autorisation) :
©Jean-Luc Bertini, ©Tom Langdon, ©Gianluca Moro, ©Michel Roty, ©Catherine Gugelmann, ©Hélie Gallimard, ©Victoria Wicks, ©Stéphane Gantelet, ©Sophie Kandaouroff, ©Michel Durigneux, ©Alexandra Lorga, ©Mirabelwhite, ©Nina Bamberger

 

[1] j’aurais pu reprendre mot pour mot l’édito de 2017, mais tentons quelque chose de plus optimiste

[2] nous l’avions invité en 2015, il ne pouvait pas se déplacer à cause de sa maladie, cette même maladie d’os de verre dont il est mort en 2017

Accueil Accueil
Bruits de langues 2018
Publié le: 16 janvier 2018
- Dans la rubrique: Agenda
 
Recherchez
 

 

 
 
 
Visites :

1191

Licence Creative Commons. | Fait avec SPIP et Globenews | Administration | Webmestre | RSS RSS

iconAssociation cultureLLe | UFR Lettres et Langues | 1, rue Raymond Cantel | 86073 Poitiers CEDEX 9