AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Démarrez ou arrêtez le défilé et accédez directement aux articles

Où : Centre d’Animation de Beaulieu

Quand : 2 avril 2016

Par qui  : Claire Servant

Avec qui : les élèves du lycée Camille Guérin - Poitiers

Découvrez ici la critique de l’Atelier Critique qui en a été inspirée !

Camille Guérin au singulier pluriel

Avec une chorégraphie travaillée et recherchée, sur fond de musique électronique, les élèves du lycée Camille Guérin extériorisent la recherche de soi. La danse représente alors l’anormalité. Ou ce que la société veut d’anormal. Sans la connaître, on en a peur. Curieux, on la titille. Et on l’adopte, on la manie à notre façon si unique ; comme notre différence nous permet de mieux comprendre celle des autres.

Commence alors la vie en communauté. Dans une société qui veut nous formater. Les regards, les duos, les trios, nous montrent qu’il est possible de se construire à plusieurs. Les imitations, les mouvements mécaniques, deviennent les symboles de comportements grégaires. Et quand la normalité reprend le dessus, que les vêtements s’installent sur les corps, il faut s’y adapter sans disparaître.

Ces lycéens danseurs expriment leur expérience. Celle de la quête intrinsèque. Qui nous parle également. Et pas seulement parce qu’on a connu l’adolescence. Mais parce que cette quête se vit au quotidien. Car y a-t-il vraiment un âge défini où l’on doit se connaître ? Savoir qui l’on est, dans une définition des plus drastiques ? La société le veut. Mais ne demandez pas à la société. Demandez-vous.

Gwendoline MAROT, M1 Livres et Médiations

Accueil Accueil
Don’t ask me
Publié le: 5 avril 2016
- Dans la rubrique: Chroniques
 
Recherchez
 

 

 
 
 
Visites :

86

Licence Creative Commons. | Fait avec SPIP et Globenews | Administration | Webmestre | RSS RSS

iconAssociation cultureLLe | UFR Lettres et Langues | 1, rue Raymond Cantel | 86073 Poitiers CEDEX 9