AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Démarrez ou arrêtez le défilé et accédez directement aux articles

Où : Centre d’Animation de Beaulieu

Quand : 2 avril 2016

Par qui : Isabelle Shad & Laurent Goldring

Avec qui : Isabelle Schad

Et voici la critique publiée dans le cadre de l’Atelier Critique !

Der Bau : en quête de soi(e)

Dans un environnement intimiste, Isabelle Schad articule son corps nu de manière presque animale. Jouant avec les formes de sa musculature à la vue de tous, elle semble découvrir la fluidité puis les saccades de ses membres, produites par ses déplacements sur la scène. Lorsqu’elle s’approche d’un premier tas informe étranger, sa routine gestuelle cesse et commence alors un jeu sensoriel avec les diverses matières d’immenses étoffes, allant de la fluidité proche de la soie à la lourdeur du polyester.

C’est là que l’imaginaire se déclenche : il nous semble la voir essayer ces tissus comme des costumes, portant tour à tour des toges romaines noires, un jupon bouffant gris, une capuche en bataille faite de couches de beige, parmi lesquelles elle esquisse un sourire d’aise et d’apaisement.

Plus tard, elle se roulera dans cet amas de toiles pour constituer une forme fœtale dans laquelle il nous est presque impossible de distinguer le moindre membre. On se prend presque alors à penser au temps où nous étions assez enfant pour nous rouler dans une housse de couette. Un jeu destiné à prodiguer un sentiment de sécurité et d’isolement tandis que la tempête semble gronder dehors.

Sarah DABIN, M1 Livres et Médiations

Accueil Accueil
Der Bau
Publié le: 5 avril 2016
- Dans la rubrique: Chroniques
 
Recherchez
 

 

 
 
 
Visites :

34

Licence Creative Commons. | Fait avec SPIP et Globenews | Administration | Webmestre | RSS RSS

iconAssociation cultureLLe | UFR Lettres et Langues | 1, rue Raymond Cantel | 86073 Poitiers CEDEX 9