AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Démarrez ou arrêtez le défilé et accédez directement aux articles

VOIX #4 14-15 mai 2013 au Confort Moderne

La quatrième édition du festival VOIX, organisée par l’association cultureLLe en partenariat avec le Confort moderne et Jazz à Poitiers (notamment la coproduction de Boutès, celui qui saute) essaie d’aller encore un peu plus loin dans l’investigation des confrontations entre vocalité, littératures et musiques. Après avoir surtout invité des duos (auteurs, musiciens) en 2012 et avoir mis le point fort sur l’enchevêtrement entre textes et musiques, nous mettons cette fois-ci un point fort sur la théâtralité en présentant deux chorégraphies sonores à partir de textes contemporains (Boutès de Pascal Quignard, et Une erreur de la nature de Christian Prigent). Nous sommes en mesure de la faire grâce à une coopération encore plus étroite avec le Confort moderne et Jazz à Poitiers et grâce au soutien financier de la DRAC et de la ville de Poitiers.
La table de livres, grâce au soutien de la Belle Aventure. La Fanzinothèque sera également ouverte, avec quelques fanzines de Lucien Suel entre autres.

Et voici les premières impressions et photos par Valéry Roché.

mardi 14

20:30

Présentation, mise en espace d’un atelier d’écriture dramatique

atelier dirigé par Thibault Fayner, auteur dramatique.

Thibault Fayner, auteur dramatique, a dirigé l’atelier d’écriture dont sont issus les textes ici présentés, en décembre dernier à l’université dans le cadre de la licence Arts du spectacle, parcours théâtre.

Comment écrire un grand sujet de société ? Qu’est-ce que le théâtre peut en dire ?
Deux axes de travail : le travail et la crise d’une part, et le mariage des couples homosexuels de l’autre. Ont été retenus pour la scène ceux qui parlent de la souffrance au travail et de la crise.

PARTICIPANTS :
Matthieu Marchal, Eva Manin, Aurelie Hadj-Mohamed, Pauline Finkenberg, Quentin Tritz et Hannah Vidoni.
Sous la direction de Leila Adham.

En savoir plus (exemple d’un stage plus ancien)

21:30

Boutès, celui qui saute / Petit opéra contemporain

D’après Boutès de Pascal Quignard

Maguelone Vidal : Conception, saxophones soprano et baryton, voix, platine
Catherine Jauniaux : Chant
Didier Petit  : Violoncelle, voix
Huub Ubbens : Conception lumière
Laurent Pichaud : Dispositif et travail scénique

Tel que Boutès, Maguelone Vidal, qui est à l’origine de la conception de ce « petit opéra mythique », et ses deux compagnons de route Catherine Jauniaux et Didier Petit, se jettent à l’eau dans un spectacle écrit et improvisé à la fois. Evoluant dans le noir à l’intérieur et environnant leur public, les trois musiciens-chanteurs arrivent à reconstituer une ambiance de tâtonnements timides et de sauts téméraires, qui précèdent et accompagnent toute création artistique. La scénographie de Laurent Pichaud et le formidable travail de lumière de Huub Ubbens illuminent ce conte venu de la nuit des temps et fait ressortir mélange entre incertitude et détremination qui accompagnait le personnage mythique dans sa désobéissance à son maître Ulysse.

« Qu’est-ce que la musique ? La danse. Qu’est-ce que la danse ? Le désir de se lever de façon irrépressible. Qu’est-ce que la musique originaire ? Le désir de se jeter à l’eau. »

Pascal Quignard

Alors surtout n’attendez pas : laissez-vous embarquer...

Voici un court extrait

En savoir plus

mercredi 15

20:30

Lucien Suel (textes et voix) et Christiane Bopp (trombone, saqueboute)

Lucien Suel - Christiane Bopp

Lucien Suel, un poéte protéiforme, qui a une énorme bibliographie à son compte et se lance sur le tard dans la publication web 2.0. - une multitude de blogs, un compte sur twitter, qui sert d’écriture en direct, rencontre pour la première fois une tromboniste bien connue à Poitiers pour travailler au conservatoire et participer à de multiples projets de musique et de jazz contemporains : Christiane Bopp, qui a accompagné Valérie Rouzeau, poéte, et participé à une performance avec l’auteure Claude Favre. L’écoute de textes, de poèmes dans lesquels elle s’immisce avec les possibilités de ses instruments n’a rien d’étrange pour elle.
Lucien Suel n’est pas à une nouvelle expérience près et a su s’entourer de musiciens par le passé. Navigant entre la langue française et le picard, il sait aussi exploiter les sonorités de la langue. La rencontre avec Christiane Bopp, une chercheuse de sons, présage un spectacle haut en couleurs.

21:30

Saoul silence

d’après Une erreur de la nature de Christian Prigent

Adaptation et voix : Stéphane Keruel
Saxophone : Edwige Fouquet

Sur scène, deux organes : larynx et saxophone.
« Déjà ébahis d’être tous deux des parlants, ils prennent conjointement la parole pour produire un flot de questions, incarner un étonnement : pourquoi donc la poésie ? Pourquoi cet usage rageusement irrationnel du langage ?!
Leurs efforts acharnés pour creuser la question les conduisent à produire cela même qu’ils mettent à la question : une poésie voulue comme échappée de la langue maternelle, dénaturation du langage commun, par toutes sortes de distorsions libératoires. La parole musique et la musique parle...
Dans une même adresse directe au public, ces deux bouches amplifieront à l’excès leur besoin de ne plus se reconnaître comme acteur et musicien, de se recréer hors du connu.
Christian Prigent est un poète, romancier et critique littéraire qui bouscule les formes, et livre un combat avec la langue, contre le « parler faux ». Dans son œuvre critique, il interroge notre rapport aux auteurs jugés difficiles et subversifs.
Edwige Fouquet est saxophoniste. Elle poursuit un travail de création, à la croisée des musiques contemporaines, improvisées et du théâtre musical. Elle enseigne le saxophone, la musique de chambre et la musique improvisée.
Stéphane Keruel exerce sur le langage un chantage fécond dont il extirpe des solos d’salive. Il y tente de faire parler les oreilles, de verbifier le nom poésie en verbe d’action, de creuser des plaies sur les langues domestiquées, de dire-faire-trou, d’arrache-pied. Quelque chose comme ça... »

Stéphane Keruel

Un court extrait :

En savoir plus

Bibliographie

Thibault Fayner, “Le Camp des malheureux”, in : Quatre Costumes en quête d’auteur, Espaces 34 (Editions), 2009.
Pascal Quignard, Boutès, Editions Galilée, 2008 – avec Irène Fenoglio, Sur le désir de se jeter à l’eau, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011
Lucien Suel, Mort d’un jardinier, Folio, 2010 - Blanche étincelle, Table ronde 2012 - D’azur et d’acier, Contre allée 2010 - Petite Ourse de la Pauvreté, Le dernier télégramme, 2012 – Patismit, Le dernier télégramme, 2008.
Christian Prigent, Une erreur de la nature, POL, 1996 - A quoi bon encore des poètes ? POL 1996 – Compile, texte et CD, POL 2011, Demain je meurs, POL 2007, Les Enfances Chino, POL 2013,

Accueil Accueil
VOIX #4
Publié le: 2 avril 2013
- Dans la rubrique: Agenda
 
Recherchez
 

 

 
 
 
Visites :

748

Licence Creative Commons. | Fait avec SPIP et Globenews | Administration | Webmestre | RSS RSS

iconAssociation cultureLLe | UFR Lettres et Langues | 1, rue Raymond Cantel | 86073 Poitiers CEDEX 9