AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Démarrez ou arrêtez le défilé et accédez directement aux articles

"(...) C’est à Rome que je décide de partir dans un chantier neuf, ce sera Limite.

Bizarre écriture, franchissement qu’on fait à tâtons. Intensité de ce séjour à Rome, et du lieu lui-même. Mais les heures du franchissement sont souvent hors de la magie romaine, carnets dans les sous-sols de la gare centrale, ou heures de train pour débarquer dans une piaule d’hôtel d’une ville dont je me souviendrai à peine le nom. Le match de foot en temps réel qui est un des fils de Limite a ainsi été aperçu à flanc de pente d’Assisi, en plein hiver. Quand je revois Jérôme Lindon, en juin 1985, le manuscrit s’appelle Terrain glissant. Quand j’entre dans son bureau, il raccroche son téléphone : – Marguerite Duras me dit que c’est un très mauvais titre... Jamais su si c’était réel ou un de ses rituels, pour lui l’édition tenait du jeu, mais c’est avec nous qu’il jouait, on était gagnant aussi. Et c’est lui qui proposera Limite, alors qu’en remplacement je lui avais proposé Samedi soir danse, en écho au Dance sister dance des Rolling Stones,

puisque mon travail de pré-documentation sur eux, qui mènera au livre de 2002, avait commencé dès cet hiver 1983 à Marseille.

Il n’y a donc pas de passé ni de temps lorsqu’on revisite un livre qu’on a signé.

(...)"

François BON

Lire l’article complet

François BON sur publie.net

Accueil Accueil
Limite, François Bon
Publié le: 5 septembre 2010
- Dans la rubrique: Bref et indolore
 
Recherchez
 

 

 
 
 
Visites :

312

Licence Creative Commons. | Fait avec SPIP et Globenews | Administration | Webmestre | RSS RSS

iconAssociation cultureLLe | UFR Lettres et Langues | 1, rue Raymond Cantel | 86073 Poitiers CEDEX 9