AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Démarrez ou arrêtez le défilé et accédez directement aux articles

François Cusset est venu à l’UFR des Lettres et des Langues pour un très pédagogique résumé de la French Theory aux États-Unis et son retour en France.

Script

Pour les personnes pressées et uniquement pour celles-là, voici un court résumé :

L’histoire de la French Theory commence en 1966 par un cycle de conférences et rencontres sur le structuralisme à l’université John Hopkins. Sont invités Derrida, Hippolyte, Girard, Vernant, Goldmann, Poulet, Barthes, Lacan, etc. Ces penseurs ne se connaissent pas forcément entre eux, mais y sont présentés comme l’école du structuralisme.

L’invention

C’est aussi la naissance d’un premier malentendu franco-américain : le structuralisme deviendra le "poststructuralisme". On pourrait parler d’un transfert culturel (ou bien une réappropriation) du concept, puis l’invention du post-structuralisme.
Très rapidement on entend par ce "courant" quelques noms (Derrida, Baudrillard, Foucault, Lacan, Lyotard, Deleuze, Barthes, etc.), réunissant un certain "esprit de révolte" conte l’establishment.
Aux Amériques, on n’est pas gêné par les grosses différences et les différends entre les philosophes réunis sous le même chapeau (Foucault versus Derrida : le cogito de Descartes, Foucault versus Deleuze : l’extrême-gauche, Baudrillard en désaccord avec tous…).
Les facultés de littérature en perte de vitesse sautent sur le "train post-structuraliste", en gros sur tout ce qui est "post" et on se met à traduire des textes français compliqués pour les rendre accessibles au public américain.
Le retour du néoconservatisme (Reagan) aidant, leur donne le label "minorités en guerre contre le conservatisme". Les facultés de littérature paraissent tout d’un coup comme un bastion contre le conservatisme et regroupent plusieurs mouvances :

  • politique identitaire
  • féminisme radical (rhétorique)
  • mouvement queer
  • études postcoloniales

L’appropriation

Tous seront alimentés, inspirés de la philosophie française, mais l’utilisent souvent à contre-emploi [1], ou en les adaptent à leurs besoins du moment [2]
Le mouvement queer privilégie le trouble sexuel, au lieu de fixer des rôles (gais, lesbien, hétéros, etc.) cherche dans la biographie des auteurs le trouble sexuel caché : Eve Sedgwick, Epistemology of the closet [3]
Les études postcoloniales s’approprient de la théorie du pouvoir de Foucault : deux tiers de la terre, descendants de colonisés, ne sont pas seulement des dominés, mais aussi des dominants (négociation mutuelle), la théorie littéraire penche vers Derrida : le sens d’un texte est instable, évolue dans le temps, dans l’histoire, surabondance de signifiants, de sens.
La décontraction, adaptée à l’américaine - transfert vers la lecture (spécifique à un milieu, classe, genre, etc.) et la politique des textes et de la lecture.
Cet état d’ébullition qui n’arrête devant rien et dépasse largement les frontières disciplinaires provoque une levée de boucliers dans les autres disciplines : cf. l’affaire Sokal, un texte jargonneux imprimé anonymement dans "Social TEXT" - puis le livre avec Jean Bricmont : Les impostures intellectuelles.

Le retour à l’expéditeur (hors la France) ou la dissémination

Exemple : création d’instituts de schizo-analyse (d’après Deleuze/Guattari) dans les favelas brésiliennes.
La fin de l’apartheid sud-africain : la politique et le traitement de la postapartheid inspirés par Foucault

 

[1] Foucault, tout en étant homosexuel, a toujours refusé d’en parler publiquement ou d’en faire un objet d’étude

[2] l’adaptation de la loi, du performatif de Derrida : la loi dit ce qu’elle fait par Judith Butler et sa théorie du genre : le genre fait ce qu’il dit - même sans modèle

[3] se réfère à l’épistémè de Foucault

Accueil Accueil
Comment les Américains inventèrent la French Theory
Publié le: 21 mars 2012
- Dans la rubrique: Chroniques
 
Recherchez
 

 

 
 
 
Visites :

1411

Licence Creative Commons. | Fait avec SPIP et Globenews | Administration | Webmestre | RSS RSS

iconAssociation cultureLLe | UFR Lettres et Langues | 1, rue Raymond Cantel | 86073 Poitiers CEDEX 9