AutoViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Démarrez ou arrêtez le défilé et accédez directement aux articles

Jeudi 17 novembre
15 h

Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers

Bât. A5,
5 rue Théodore Lefebvre (sur le campus de l’Université),
salle Mélusine

Alicia Kozameh (Argentine)

Alicia Kozameh est née le 20 mars 1953 à Rosario (Argentine) Elle étudie la philosophie et la littérature à l’Université de Rosario de 1973 à 1975 puis à l’Université de Buenos Aires de 1985 à 1987. Ses études sont interrompues de septembre 1975 à décembre 1978 puisqu’elle est détenue “prisonnière politique” avant et pendant la dictature militaire en Argentine. Après sa libération, elle souffre de constantes répressions et persécutions Elle est forcée de s’exiler en 1980, en Californie tout d’abord, puis au Mexique. Durant cet exil, elle publie ses travaux au Mexique et en Californie et écrit son premier roman, El séptimo sueño. Elle retourne en Argentine en 1984 et publie son second roman en 1987 : Pasos bajo el agua. Suite à la publication de ce roman expliquant sa vie en tant que prisonnière politique et son exil, elle est poursuivie par les membres de la police politique d’Argentine et est contrainte, à nouveau, de quitter le pays. Elle retourne vivre en Californie. Depuis, elle a été invitée par Amnesty International à participer à de nombreux débats et conférences sur son travail littéraire et son expérience. Cet été 2011 a été publié aux éditions L’atelier du Tilde (Lyon) son recueil de poèmes Main en vol.

Veronica Vega (Cuba)

Verónica Vega est née à La Havane en 1965. Attirée par l’art dès son enfance, elle écrit, dessine et chante. En 1993, en pleine « période spéciale », elle intègre après un examen d’entrée la troupe Teatro de la Danza, dirigée par Guillermo Horta. La crise économique la pousse à faire de l’artisanat pour survivre. Elle travaille avec du bambou et des coquillages et vend ses oeuvres aux touristes. Elle se met aussi à la peinture. En 2002, faute de matériel pour pouvoir peindre, elle commence à écrire. Elle rejoint l’Atelier Littéraire de la Galerie Fayad Jamís à Alamar. La même année, elle obtient le prix de l’Essai au cours de la Rencontre Provinciale des Ateliers Littéraires. Elle est rapidement publiée dans plusieurs revues et collabore même à certaines d’entre elles, dont le Proyecto Digital Havana Times. En 2006, elle commence un projet de roman à trois mains, avec un poète cubain vivant à Cuba et une écrivaine cubaine habitant à Munich. Le projet échoue et elle décide de continuer seule le roman qu’elle intitule Partir, un point c’est tout. Elle travaille par ailleurs pour une émission radiophonique pour enfants et s’est attelée à l’écriture d’un nouveau roman.

Verónica Vega. Partir, un point c’est tout. roman traduit de l’espagnol (Cuba) par Christilla Vasserot. Editions Christian Bourgois. 196 pages

Jorge Marchant Lazcano (Chili)

Né en 1950, Jorge Marchant Lazcano, après des études de journalisme, commence à publier en 1977. Auteur de nombreux
ouvrages, romancier, scénariste pour la télévision et auteur dramatique, il vit entre Santiago du Chili et New York.

Il a reçu une éducation religieuse, conservatrice et relativement formelle, de laquelle il s’est éloigné partiellement lorsqu’il a entrepris ses études de journalisme à l’Université chilienne, en 1969. Il a effectué ses premiers pas dans la littérature auprès de la maison d’édition Quimantu (aujourd’hui disparue). Très vite il découvre une nouvelle forme de littérature qui lui permet d’écrire La Beatriz Ovalle, son premier roman, publié à Buenos Aires en 1977. Roman qui deviendra avec le temps l’un des plus grand succès éditoriaux chiliens. Dans les années 90, Jorge Marchant écrit diverses séries TV qui sont alors considérées comme des classiques du genre, et il assoit les bases d’une dramaturgie télévisuelle qui aura de larges répercutions au Chili. Même s’il reside officiellement à Santiago du Chili, il vit en grande partie à New York, où il se dédie tout autant à l’écriture.

à lire

Un sang pareil au mien, traduit de l’espagnol (Chili) par Janine Philipps et Renato Paveri aux éd. Autrement, 2009.

Accueil Accueil
Rencontre d’écrivains "Belles Latinas"
Publié le: 12 novembre 2011
- Dans la rubrique: Bref et indolore
 
Recherchez
 

 

 
 
 
Visites :

393

Licence Creative Commons. | Fait avec SPIP et Globenews | Administration | Webmestre | RSS RSS

iconAssociation cultureLLe | UFR Lettres et Langues | 1, rue Raymond Cantel | 86073 Poitiers CEDEX 9